jeudi 28 février 2008

la mémoire d'un petit mort... ?





Encore une idée GE NIALE de notre petit président...
Que chaque élève de CM2 porte la mémoire d'un petit mort... juif en l'occurence et français de surcroît... pourquoi une telle discrimination?
Pourquoi pas un enfant rwandais tutsi? et pourquoi pas la mémoire d'un enfant allemand victime de l'endoctrinement exercé sur sa conscience par les nazis...? et pourquoi un enfant? pourquoi pas un homme, une femme...adulte?
j'imagine le tableau tous les matins:
la maman: mon chéri n'oublie pas ton petit mort avant de partir à l'école!
la maitresse: avez vous pensé à apporter votre petit mort aujourd'hui?
le papa le soir: qu'est ce tu as fait à l'école aujourd'hui avec ton petit mort, mon chéri?
bon, je préfère en rire... (c'est un paliatif contre mes énervements contre la radio!) mais c'est quand même SU - PER PE -NI- BLE!!!
A qui le petit nicolas veut il plaire avec ce genre de décisions?
Pourquoi le choix de la mémoire d'un enfant juif et français?
Que fait - on là de l'idéal d'universalité de notre République?
Que fait on de cette valeur si respectable et pourtant si difficile à faire respecter qu'est le refus des discriminations?
Pourquoi privilégier UNE mémoire? pour créer de la concurrence avec la mémoires d'autres peuples qui ont souffert? pour diviser un peu plus les citoyens qui peuplent notre pays ?
Et c'est ce petit môssieur qui faisait appel à la mémoire de Jaurés lors de sa campagne ...? pauvre Jeannot il doit tourner et virer dans sa tombe depuis un an... Quelle hypocrisie!
Ce qui m'énerve vraiment c'est cette volonté de remplacer des leçons d'histoire par l'évocation d'une mémoire...
Qu'on se le dise une bonne fois: la mémoire n'est pas l'histoire!!!
Ceci semble évident pour qui pratique l'histoire par formation, métier, passion ou simple intérêt...
Néanmoins, que les lectrices (et lecteurs!!) qui ne trouvent pas cela si évident ne complexent pas, c'est normal et c'est justement là dessus que surfe (sur un tout petit petit surf...) le petit N!
En fait, pour écrire l'histoire, l'historien utilise bien sûr les mémoires: c'est une source nécessaire à l'écriture du passé, cependant: 1) il utilise toutes les mémoires d'un même événement (en tout cas le maximum dont il dispose) pour avoir une vision la plus complète possible de l'événement, il croise les différentes mémoires pour observer les concordances et 2) il prend du recul par rapport à toutes ces mémoires;
par ailleurs, il les étudie comme des objets, c'est-à-dire qu' il ne juge pas, ne blâme pas, ne fait pas d'éloge... il commet un acte intellectuel tel un scientifique devant son microscope...
L'écriture de l'Histoire (avec un H mais j'aime bien... ça fait beau!) est donc un acte intellectuel.
Alors que la mémoire, quelle qu'elle soit et aussi digne soit-elle, est chargé en affect, en émotions; par ailleurs elle est partielle puisqu'elle ne concerne qu'un acteur ou qu'un moment ou qu'un aspect de l'événement... bref la mémoire ne rend pas compte de l'universalité du fait historique! et elle n'est pas neutre émotionnellement et la mémoire prend parti.
Voilà, pourquoi je trouve très malhonnête de faire passer des actes mémoriels pour des leçons d'Histoire!
Par égard pour l'Histoire et son écriture, et, si toutefois cela vous touche, lancer le débat sur ce sujet autour de vous !! et s'il vous plaît, n'hésitez pas à informer vos interlocutrices et interlocuteurs des égarements du petit président: l'histoire vous en sera reconnaissante!
pour celles et ceux que le sujet interresserait (oui il y en a ... parfois... et pas que des intello, hé oui!!) j'aurais quelques bonnes lectures (pages web ou livres) à conseiller, je répondrai à vos demandes à ce sujet dans les commentaires!

2 commentaires:

Mes mots rient a dit…

Notre président souhaite juste préparer le terrain pour qu'on se souvienne de lui et de ce qu'il aura souffert pendant son règne ? Il veut aussi imposer sa dictature de la victime comme priorité nationale. "Les Droits de l'Homme, ce sont d'abord les droits des victimes", dixit. Il se sent peut-être concerné.

Lezlie Mac a dit…

Notre petit président est une andouille.
M'est humble avis qu'il pratique simplement le populisme politique un peu trop comme on épouse un ancienne top-modèle/chantouilleuse/bill-gates-wannabe.
A la va-vite.
Son histoire de petit juif (ne pas confondre avec petit suisse, le laitage) est une réaction immédiate à son dîner d'avec les hauts responsables de les juifs de France (no idea what to call them...).
moi je suis pour l'adoption obligatoire par les élèves de CM2 d'une courgette. Ou d'un navet..