vendredi 7 décembre 2007

Of supermarkets and shopping frenzy

De retour, après jours coupée du monde. Sans Internet donc, courtesy of NouilleTelecom, thank you. Passons.
Je voulais présentement faire part de mon indignation quand aux habitudes shoppinguesques de mes voisins parisiens.
Là, vraiment, nous frôlons l'annihilation neuronale. Le lavage de cerveau publicitairement induit. J'ai l'impression d'être restée aux US ! Franchement, où est donc cette fameuse différence culturelle dont les français sont si farouchement fiers (remarquez au passage cette sublime et subtile allitération) ?
Un petit tour dans un antenne d'une enseigne franco-française de produits culturels m'a tout bonnement assommée. 15 excités du porte-feuille au m², une ruée systématique sur les dvd mis en avant (tous plus mauvais les uns que les autres), des livres tout sauf littéraires (La cuisine des boulets par M. Pétanque ; Le tarot de Nicolas S ; Comment se tailler les ongles en triangle en 3 leçons, etc.). Et des vendeurs aux bord du nervous breakdown.
Sérieusement... Au bout d'une heure d'intense piétinement, j'ai senti que je devenais légèrement verte, tendance Hulk. Le moindre effleurement de ma personne par un (ou une) acheteur en villégiature risquant de provoquer une transformation irrévocable de votre dévouée en un monstre sanguinaire décérébré. J'ai donc rebroussé chemin, dépitée, dégoutée, débilitée par tant de mercantilisme aveugle.
C'est décidé, cette année, je boycotte le traditionnel du paquet cadeau.
Je ferai des dessins pour mes amis.
Ma famille sera ravie d'avoir des cadeaux brandés Emmaüs, preuves de mon engagement irréfutable et aveugle en faveur de l'humanité matérialiste.
Je haïssais passablement les fêtes de fin d'année pour leur superficialité. Maintenant, c'est officiel, je HAIS le shopping. Yeurk.

1 commentaire:

Raoul a dit…

Hé, Lez, c'est pas parce que tu n'apprécies pas la bonne baston dans les rayons de Noel qu'il faut en dégouter les autres !!!!